FORMATION AIPR

Formation AIPR (Autorisation d'intervention à proximité des réseaux)

 

Préparation à l'examen QCM

 

-> Opérateur

-> Encadrant

-> Concepteur

 

Pré-requis : aucun

 

Durée : 1 journée de 7h00 dont 1h00 de test

 

Validité : 5 ans

 

Concultez-nous pour obtenir les prochaines dates de formations et connaître les modalitées d'inscription.

Port du Harnais - Travail en Hauteur

Formation port du harnais - Travail en Hauteur.

 

Durée : 1 journée de 07h00

 

EVINCEL propose la formation port du harnais - travail en hauteur en intra ou inter-entreprises.

Consultez nous pour obtenir le programme et connaître les modalités d'inscriptions.

Formation Gestes et Postures Lyon

Formation Gestes & Postures

 


Formation AIPR

Formation AIPR (Autorisation d'Intervention à Proximité des Réseaux)

 

Préparation à l'examen QCM.

 

- Opérateur

- Encadrant

- Concepteur

 

Durée : 1 journée de 07h00 dont 01h00 de test

 

Validité : 5 ans

Formation cariste CACES R389

INTITULÉ TECHNIQUE

CERTIFICAT D’APTITUDE A LA CONDUITE EN SECURITE DES CHARIOTS AUTOMOTEURS DE MANUTENTION A CONDUCTEUR PORTE - CATEGORIES 1 2 3 4 5

 

OBJECTIFS

Obtenir la capacité (connaissances, savoir faire et compétences) à conduire en sécurité, des chariots automoteurs de manutention à conducteur porté (frontaux de capacité nominale inférieure ou supérieure à 6 tonnes, à mât rétractable, et des chariots préparateurs de commandes et/ou transpalettes électriques de levée inférieure à 1 mètre).

 

EVINCEL travaille en partenariat avec un organisme certifié par GLOBAL pour délivrer le CACES® – CNAM R 389 – Catégories 1 2 3 4 5

 

REFÉRENCE

EVINCEL organise cette action dans le respect du décret N° 98-1084 du 02/12/1998, de la recommandation R 389 et de l’ED INRS 856.

 

VALIDATION

Délivrance du CACES®, après réussite aux tests, concernant la famille R 389 pour les catégories 1, 2, 3, 4 et 5. Document délivré à la fin de la formation.

 

PRÉ-REQUIS

Toutes les personnes majeures et reconnues aptes à la conduite de chariot automoteur de manutention par leur médecin du travail et ce, avant la formation, et étant amenés à utiliser ce type d’équipement.

DURÉE

 

  • Formation initiale :
    De 3 à 5 jours dont Test CACES®
  • Formation recyclage :
    De 1 à 3 jours dont Test CACES®

 

Contactez-nous pour obtenir le programme détaillé de la formation et connaître les modalités d'inscritpion.

Formation nacelle élevatrice CACES R386

INTITULÉ TECHNIQUE

FORMATION À LA CONDUITE EN SÉCURITÉ DES P.E.M.P. (PLATEFORMES ÉLEVATRICES MOBILES DE PERSONNES)

 

OBJECTIFS

Permettre aux participants d’acquérir la maîtrise de la conduite des élévateurs de personne, dans les meilleures conditions d’efficacité et de sécurité dans le respect de la recommandation CNAM R386.

Répondre à la législation « décret du 2 décembre 1998 » pour la conduite des nacelles élévatrices de personnes.

 

VALIDATION

Délivrance du CACES®, après réussite aux tests, concernant la famille R 386 pour les catégories 1B 3A 3B.

 

PRÉ-REQUIS

Toutes les personnes majeures et reconnues aptes médicalement par un medecin du travail, pas de contre-indication aux travaux en hauteur.

 

 

DURÉE

 

  • Formation initiale :
    3 jours dont Test CACES® 3A 1B 3B
  • Formation recyclage :
    2 jours dont Test CACES® 3A 1B 3B

 

Contactez-nous pour obtenir les modalités d'inscritpion et le programme détaillé de la formation.

Formation Document Unique (DUER)

Formation à l'élaboration du Document Unique d’évaluation des Risques (DUER)




Objectifs :

  • S’approprier la démarche et les outils de l’évaluation des risques professionnels
  • Appliquer la méthodologie de l’évaluation des risques dans son entreprise
  • Concevoir et assurer le suivi du Document Unique d’Evaluation des Risques

 

Public concerné : Dirigeants d’entreprises ou d’associations, responsable de ressources humaines, responsable de sécurité, membre du CHSCT, délégué du personnel et tous salariés impliqués dans l’élaboration du DUER.

 

Programme :

 

Théorie :

 

  • Notions de dangers, risques, dommages 
  • Aspects législatifs et réglementaires 
  • Le code du travail et les principes généraux de prévention 
  • Le nouveau décret du 5 novembre 2001 portant sur la création d’un document relatif
    à l’évaluation des risques 
  • Le décret du 20 février 1992 relatif à la gestion des entreprises extérieures
    (plan de prévention) 
  • L’arrêté du 26/04/1996 relatif aux opérations de chargement et de déchargement
    (Protocole de sécurité) 
  • Méthodologie d’évaluation des risques 
  • Connaissances techniques des risques 
  • Exposés, exemples et mise en application d’une méthode d’identification 
  • Intérêt d’une démarche pilotée de groupe d’analyse opérationnelle 
  • Evaluation de la probabilité et de la gravité potentielle des risques 
  • Détermination de mesures de prévention, de protection et d’intervention,  Communication et motivation dans la démarche globale de détection des risques. 
  • Applications de l’identification et l’évaluation des risques 
  • Situations de travail 
  • Co-activité (plan de prévention, protocole de sécurité…)

 

 Pratique :

 

  • Analyse de risques lors d’une situation de travail

 

Encadrement : La formation est dispensée par
un consultant formateur spécialisé en santé et sécurité au travail

 

 

Moyens pédagogiques, techniques et d’encadrement :

 

 
Aide-mémoire remis au participant


Trame d’audit sécurité


Logiciel de réalisation du Document unique


Supports visuels (diaporama, vidéo, …), ordinateur et vidéoprojecteur, enceinte audio portative


Formateur professionnel spécialisé dans la prévention des risques professionnels



Organisation de la formation :


Date de la prochaine session inter-entreprises : Courant AVRIL 2014

 


Lieux : Salle de formation EVINCEL

 

Nous contacter pour obtenir le programme détaillé et les modalités d'inscritpion à cette formation.

 

Cette formation est prise en charge par votre OPCA

Document Unique DUER

L’évaluation des risques constitue une étape cruciale dans la démarche de prévention.  

 

Elle en est le point de départ. L’identification, l’analyse et le classement des risques permettent de définir les actions de prévention les plus appropriées sur le plan technique, humain et organisationnel. L’évaluation des risques doit être renouvelée régulièrement. 

 

Évaluer les risques qui ne peuvent être évités est l’un des principes généraux de prévention défini dans le Code du travail. Il s’agit d’un élément clef de toute démarche de prévention. En effet, comment lutter efficacement contre des risques que l'on ignore ou que l'on ne connait que partiellement ?

 

Identifier les dangers, analyser les risques 

 

L’évaluation des risques professionnels consiste tout d’abord à identifier les dangers et analyser les risques :

 

  1. Identifier les dangers, c’est connaître tous les facteurs susceptibles de causer un dommage à la santé des salariés. Il peut s’agir des propriétés ou des capacités intrinsèques d’un équipement, d’un agent chimique ou biologique généré par les activités ou utilisé dans les procédés de fabrication.
  2. Analyser les risques consiste à étudier les conditions d’exposition du personnel à ces dangers et aux différents facteurs de pénibilité. 

 

L’évaluation porte sur la conception des lieux (aménagement, réaménagement), sur les installations et les équipements de travail, sur les substances et préparations chimiques et sur les situations de travail. Les situations de travail doivent être clairement définies, car elles permettent d’être au plus près de l’activité réelle des salariés : elles tiennent compte à la fois du lieu, du poste (activité) et du degré d’autonomie du salarié à ce poste. 

 

  1. Classer les risques identifiés
  2. Faire une synthèse et proposer des solutions dans le document unique
  3. Mobiliser pour évaluer 

 

Elle doit être mise à jour régulièrement et réalisée à chaque changement de procédés ou techniques de travail.  

 

Toute évaluation des risques professionnels réclame des ressources et l’entreprise peut faire appel à une aide extérieure, notamment une entreprise spécialisée dans la rédaction du DOCUMENT UNIQUE comme EVINCEL. 

 

 

 

La performance des entreprises en matière de sécurité peut être évaluée par le taux de fréquence (Tf) qui exprime le nombre d’accidents avec arrêt à l’année et par millions d’heures travaillées (en France, 1 millions d’heures travaillées équivaut à une usine de 600 personnes). 

 

En France, les statistiques de l’INRS montrent que le Tf moyen est voisin de 25  (soit 25 accidents avec arrêts pour une usine de 600 personnes), avec des variations importantes selon le secteur : de 60 pour le BTP, à 8 pour l’activité de services, en passant par 37 pour le secteur bois, ameublement, papier-carton et 24 pour la plasturgie.  

 

En comparaison, le Tf moyen des usines américaines est de 7,2, ce qui veut dire qu’outre-Atlantique, il y a 3 fois moins d’accidents avec arrêts qu’en France (avec la même définition de l’accident avec arrêt !!!).

 

Le leader mondial en matière sécurité est sans conteste la firme américaine DUPONT de NEMOUR, fondée en 1802 par un Français, qui émigra en Amérique pour échapper à la terreur.

Cette société connut dans ses premières années d’activité un accident majeur avec l’explosion d’une grande partie du site de production de poudre noire.  

 

En conséquence de cette catastrophe, il fut décidé des mesures radicales en matière de prévention. C’est ainsi que depuis 200 ans, s’est développée chez DUPONT une religion de la qualité où, à chaque instant, on pense à la maîtrise des dangers qui nous entourent, qui entourent les autres et aux risques qui en résultent. La partie émergente de cette culture sécurité peut étonner les visiteurs confrontés à l’obligation de marcher à droite dans les couloirs, ou tenir la rampe dans les escaliers pour éviter les foulures. 

 

Ce radicalisme sécuritaire n’a pas, loin de là, freiner le formidable développement de cette société qui affiche fièrement un Tf de 0,9 pour l’ensemble du groupe et ses 97 000 employés. Sachant que de très nombreuses usines, et pas seulement aux U.S.A. annoncent une dizaine d’années sans accident avec arrêt (le record étant à 38 ans). 

 

L’importance économique de ce facteur Tf devient évidente lorsque l’on s’intéresse au calcul des cotisations que les entreprises françaises doivent verser à la CRAM. Le
montant de la cotisation est égal à la masse salariale multipliée par un taux fonction, en grande partie, des coûts engendrés par l’entreprise à la Sécurité Sociale au titre des accidents et maladies professionnelles, durant les 3 années antérieures.  

Ainsi, si l’entreprise n’enregistre, au cours des 3 dernières années, aucun coût accident ou maladie professionnelle, elle acquittera 0,95 % de sa masse salariale. Dans le cas contraire, elle devra payer des montants non plafonnés atteignant fréquemment 2 à 8 % de la masse salariale. 

 

Tout ceci permet d’affirmer que cette nouvelle réglementation concernant l’évaluation des risques va bien au-delà de la réservation de la santé des travailleurs en visant la compétitivité de nos entreprises dans un contexte de féroce concurrence au niveau mondial. Sans être futurologue, un processus similaire à celui de la qualité est déjà bien engagé. 

 

Dans sa chasse aux économies, l’industrie automobile française s’est donné comme objectifs prioritaires l’amélioration permanente de la sécurité et des conditions de travail, avec des progrès déjà considérables qui permet aux constructeurs d’annoncer des Tf de 3 à 4, lorsque le Tf moyen de la métallurgie française s’élève à 29. Ces constructeurs ne manqueront certainement pas d’engager leurs fournisseurs dans cette voie afin de partager les économies réalisées et, par voie de ricochet, c’est l’ensemble de l’industrie française qui sera entraîné dans ce mouvement.

 

Au-delà des enjeux humain et économique pour l’entreprise, le non-respect de ses obligations en matière de sécurité peut friser l’inconscience quand on connaît les pénalités qu’encourt le dirigeant fautif.